Saint Dominique Savio.

Dominique Savio est né le 2 avril 1842, à Rives de Chieri, petit village situé à une trentaine de kilomètres de Turin (capitale du Piémont, dans le nord de l’Italie) et fut baptisé le soir même. Son père, Charles, était maréchal-ferrant ; sa maman, Brigitte, couturière. Il n’avait pas deux ans lorsque son papa, manquant de travail, alla s’établir dans un village voisin, appelé Morialdo, où la famille restera neuf ans. À sept ans, Dominique fit sa première communion, alors qu’à l’époque l’âge habituel était de douze ans. Mais il montra une telle intelligence et une foi si profonde que le chapelain du village lui en donna l’autorisation. Ce fut un véritable jour de fête pour Dominique. Il écrit alors une série de résolutions : « Je sanctifierai tous les jours de fête ; je me confesserai souvent et je communierai aussi souvent que mon confesseur me le permettra ; Jésus et Marie seront mes amis. Je préfère mourir plutôt que de pécher. »

un Écolier attentif

Après sa première communion, Dominique poursuivit sa scolarité auprès d’un prêtre de Morialdo. Mais quand il eut dix ans, il alla à l’école communale de Castelnuovo, située à quatre kilomètres de là. Alors on vit ce petit bonhomme, été comme hiver, sous la pluie ou le soleil, effectuer quatre fois par jour ce trajet, soit seize kilomètres quotidiens ! Au printemps suivant, la famille Savio quitta Morialdo pour aller chercher du travail dans un autre village, Mondonio. Son nouveau maître, Don Cugliero, dira de lui : « J’ai été professeur durant vingt ans. Jamais je n’ai trouvé un écolier aussi agréable. » Cependant, un jour de neige, alors que Don Cugliero avait du retard, deux garnements en profitèrent pour glisser deux blocs de neige dans le poêle. Une grosse fumée se dégagea et de l’eau commença à envahir la salle. Sur ces entrefaites arriva le maître qui se retourna furieux vers ses élèves : « Qui a fait cela ? » Les deux coupables se regardèrent effarés. Si quelqu’un souffle leur nom, ils seront sûrement renvoyés de l’école. Comment faire ? D’un signe, ils décidèrent de reporter la faute sur Dominique : C’est lui ! Le maître tomba des nues : « Dominique, c’est toi ? Je ne l’aurai jamais cru ! » Dominique se tut et le maître le réprimanda vivement, et le mit en retenue. Le lendemain, après qu’un camarade eut parlé de cette injustice, le maître demanda à Dominique la raison de son silence. Et celui-ci de répondre : « Ces camarades avaient déjà été sanctionnés. S’ils étaient découverts, ils auraient été mis à la porte. Pour moi, comme c’était la première fois, j’espérai bien qu’on me pardonnerait. Ainsi, tout s’est arrangé. Jésus, lui aussi, s’est bien laissé accusé injustement ! » Don Cugliero comprit ce jour-là la grandeur d’âme de son élève. 

la rencontre avec don bosco

C’est durant les congés de Toussaint en 1854, lorsque le célèbre prêtre italien Don Bosco (Giovanni Bosco, 1815-1888), éducateur de la jeunesse, comme à son habitude, emmenait les jeunes du Valdocco (quartier de Turin) à la campagne, qu’eut lieu la première rencontre entre Dominique et Don Bosco. Celui-ci le prit à part, se renseigna sur ses études et sa façon de vivre. Très vite, ils se parlèrent en confiance. Avant d’appeler son père, Dominique lui dit :
–       « Eh bien, qu’en pensez-vous ? Vous me conduirez à Turin pour étudier ?
–       Il me semble que tu es une bonne étoffe pour faire un habit pour le Seigneur.
–       Donc je suis l’étoffe et vous serez le tailleur. Vous me prendrez avec vous.
–       Mais quand tu auras fini tes études, que veux-tu faire ?
–       Je désire ardemment devenir prêtre.
–       Bien. Maintenant je vais voir si tu as les capacités voulues pour les études. Prends ce livre. Aujourd’hui, tu étudieras cette page, et demain tu viendras me la réciter. »
Ceci dit, Don Bosco le laissa aller avec les autres garçons et parla avec son père. Quelques minutes plus tard, Dominique s’avança et lui dit :
–       « Si vous voulez, je vous récite la page. » Don Bosco prit le livret et constata avec surprise que non seulement il savait la page demandée, mais qu’il en comprenait très bien le sens.
–       « Très bien, tu as devancé l’étude de la leçon, j’avance ma réponse. Oui, je t’amènerai à Turin et tu seras parmi mes chers garçons. »

La Compagnie de l'Immaculée

Dominique ne faisait pas de grandes choses pour les autres, mais il faisait tout ce qu’il pouvait : aide aux devoirs, soin des malades, entretien de la maison. Un jour, il eut l’idée de réunir ses meilleurs camarades et leur proposa de fonder une association pour travailler ensemble et mieux organiser les actions que chacun faisait de son côté. Et c’est ainsi que le 8 décembre 1856 fut fondée la Compagnie de l’Immaculée. Il s’agissait de vivre dans une confiance illimitée en Marie, d’aider Don Bosco et ses collaborateurs dans l’ambiance de la maison, et de manifester une attention particulière aux nouveaux venus. Chaque compagnon se vit ainsi attribuer un filleul qu’il accompagna dans ses premiers pas au Valdocco. Et chaque semaine, la compagnie se réunissait pour prier et faire le point sur les actions entreprises.

Au revoir! Au paradis!

En février 1857, l’hiver devint vigoureux et la santé de Dominique, âgé alors de 14 ans, s’étiola. Il fut secoué par une toux persistante et la pâleur de son visage devint inquiétante. Le médecin conseilla de lui faire quitter la ville, très polluée, et de retourner dans son village. Quand Dominique apprit cette décision, il en fut très affecté. Le dimanche 1er mars,  son père vint le chercher. Il fit un adieu très touchant à ses camarades, tenant tendrement la main de Don Bosco. Son dernier mot : « Au revoir ! Au paradis ! » La calèche s’éloigna et Dominique arriva à Mondonio tard dans la soirée. Il fut accueilli chaleureusement par sa mère et ses petits frères. Après quelques jours de rémission, sa maladie (la tuberculose) s’aggrava. Il dut s’aliter et on appela le médecin ; après son départ, le curé vint réciter quelques prières. Le 9 mars 1857, autour de 22 heures, son papa était auprès de lui. Il eut juste la force de murmurer : « Adieu papa, Adieu ! … Oh ! Que c’est beau ce que je vois ! », et la vie s’échappa. Il n’avait pas encore 15 ans. Le pape Pie XII le béatifia le 5 mars 1950, puis le déclara saint le 12 juin 1954, il est aujourd’hui le saint patron des jeunes. Don Bosco écrit en 1858 un livre sur Dominique pour souligner sa vie exemplaire et sa sainteté. Fêté le 6 mai, Dominique Savio est le patron des jeunes et des servants de messe.

Saint Dominique Savio, saint de 15 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *